‘Where there’s a will, there’s a way’.

-version Française juste en dessous-

English version

Probably one of my favourite sentences. Not because my father told me this once, but because I truly believe it and this really makes sense to me.

(I am realising at the same time I am typing this that it’s been such a long time I didn’t write any article on my blog. -And there is absolutely NO VALID REASON to this-. Here below comes an explanation.)I felt (and this second word had its importance) that my stories were not worth it to be told. I was scared (again pay attention on the third word) that my life wouldn’t interest anyone anymore. I thought (past tense) what I had to share wasn’t as exciting as what I lived this past year and that writing them on my blog had no point.

These past months I have been telling many people « I will continue blogging! », « there’s a new article coming, stay tuned! », « god, I’ve done so many things, I have material to publish now, yay! ».

And you know what? Yes, of course you know, you’ve noticed, you’re not dumb. I didn’t post any. single. thing.

I have been absent. Putting my head in the sand, like an ostrich, hiding and making excuses, being lazy and lost faith in me.

You have probably been waiting, or not; expecting me to continue telling you my life; updating you about my wonderful stories; my fantastic travels; and make you dream, escape from your life and think about something else.

I just didn’t do anything. Because I didn’t believe in me.

But let me tell you actually what happened since I went back from this year down under.

I arrived in Paris on the 1st of September. The symbolic day of the start of the new year, in terms of schools (yeah, stuck in that) and many other lives’ rhythms. Stupid calendar.
This was actually one year to the day I left my life to go 16810 kilometres far from my current place and start something new, in Australia.

So I landed back here : same country, same city, same atmosphere I love, same shops in the streets, or nearly, quite the same people around… -but definitely not the same life- and for good reason : my life had nothing to have with the previous time I was here.

Everything was actually different. Of course, you can notice similarities and remember familiar things; and I live back in the same place, which helps… but I wasn’t a student anymore, I was now keeping my own expenses under control, I had a bunch of new friends, other fantastic stories to tell, my flatmates changed and, I, changed.
I was now an adult, and as I had my life in Melbourne, I decided I had to do something here to be able to live my life and control it, which meant ‘earn some money’.

Easy: I arrived on the 1st in my flat, had an interview on the 2nd, started working on the 3rd.

Yeah. That was quick, I know.
To be absolutely honest with you, I didn’t even unpack all my boxes yet (however there’s an other reason to this, I’ll explain you later, probably in an other piece of writing…), but at least, I didn’t have to worry about money straight away!
I moved back into my old flat I managed to keep and I did what some people are ‘struggling’ to do, for even months and months: finding a job.

To me, that wasn’t really a feat and even if I heard around me « that’s awesome; well done; now you have something, keep it; you’re lucky ! » I quit after two months.

At this time, my brother had a road accident and I decided to go and surprise him where he was hospitalised (sort of thing I would have loved organising in other circumstances), I was kind of missing my family as well -actually very much- and made the decision to spend some weeks with them in the country side, and also, the man I left back in Australia decided to surprise me in front of the Eiffel Tower a lovely sunny afternoon!

So I simply decided, for me, that it was the time to have some rest and enjoy being back to Europe, take things easy, time to make good decisions for me, and that a job wasn’t necessary what I needed at the moment, even if I needed/wanted to have an income.

People (friends/family members/others) were asking me what I am doing at the moment. -As if they were interested in what I was doing (they were probably more interested of comparing their life to mine)-
And I simply answered that I enjoy my life, here and there, making the most of my come back. ‘You don’t have a job?’ they asked. ‘No’ I answered.

So I spent two weeks, chilling and travelling with my boyfriend, then a few more days with my fam’, and ended up enjoying my time doing ab-so-lu-tely nothing.

And you know what ? There was nothing bad about it :)

I decided it.

I loved it.

This was my life. And it was GREAT.

October was gone, November arrived.
I was bored of what I was doing (nothing.) so I decided to look for some work to keep me busy! (yeah that’s the only reason).
I knew I’d find a job one day, and be fulfilled… but at this time, it wasn’t my aim, it wasn’t what would make me happy.

And I took my phone, contacted a previous agency I’ve worked for and they were happy to have me back in the team!

I probably spent four full weeks working my a** off with them and one day I received a call for a job offer I would have never thought about. *beat the drums!*
This happened on a Monday evening. Thursday I had the interview. And I started on the following Monday. Easy.

I didn’t expect it, but deep inside, I wanted it. I wanted this life. And I knew I would have it.
I wanted to be back, do something I like, where I feel useful and enjoy my life, no matter what. I wanted to find a work where I feel well everyday, make a bit of money and being able to appreciate every single moment I was spending in my city.

Now I am settled, living a great life, back to Paris, and it’s the best.

All of this just to show you that you can say you want something, wishing for it very strongly, having goals, being persuaded you’ll do it etc. and not having it immediately doesn’t mean you will never or that you gave up.

Give time to time. Give yourself time.
And if you want really something, maybe it is not the ‘right’ moment to have it, but if you truly want it, you will have it.
You want to be happy? Be happy. / Live a life, simply, and not stress everyday? Do it. / Leave your place and go explore another country? Get a ticket. / Find you dream job and enjoy work? Possible. / Start writing again because it’s your thing? Type and share it when you feel it. / Be busy seven days a week and earn good money to create a family, but not necessary now? Wait a bit… only fools will judge you.

This story, my story (and just only a tiny part of it), just to show you that YOU actually decide what you want. YOU are the one who sets up your goals and who can make yourself reach them. YOU are in control of what you want and are capable of. YOU decide, for YOU.

Even if it’s far, even if it seems difficult, even if you don’t feel like doing it now… Take your time, focus, breathe and don’t forget your thoughts, your dreams, your goals, your inner voice, your feelings, and most of all: yourself.

Your decisions are yours.

and, remember… Where there’s a will, there’s a way.

_________

-version en français-

Ah, la phrase est assez clichĂ©e en français, et je la prĂ©fĂšre bien plus en anglais, mais, ‘quand on veut, on peut’, et c’est vrai.

Where there’s a will, there’s a way, est probablement une de mes phrases favorites.
Non pas du fait que ce soit une phrase que mon papa m’a sortie fut un temps, mais parce que j’y crois vraiment et qu’elle fait vraiment sens à mes yeux/oreilles.

(Au mĂȘme moment oĂč je suis en train de taper ce texte je rĂ©alise que ça fait des lustres que je n’ai rien postĂ© sur mon blog et qu’il n’y a par ailleurs AUCUNE RAISON VALABLE Ă  cela. Vous trouverez des Ă©lĂ©ments d’explication juste en dessous).

Je sentais (ce deuxiĂšme mot est vraiment important) que mes histoires ne valaient plus la peine d’ĂȘtre racontĂ©es. J’avais peur (encore une fois ici faites attention aux mots) que ma vie n’intĂ©resserait plus personne. Je pensais (utilisation de l’imparfait) que ce que j’avais Ă  partager n’était plus aussi excitant que ce que j’avais pu vivre l’annĂ©e passĂ©e et que les Ă©crire sur mon blog n’avait plus de sens.

Ces derniers mois j’ai dit Ă  beaucoup de personnes « je vais continuer mon blog ! », « c’est bon, je vais bientĂŽt publier », « j’ai fait tellement de choses que maintenant c’est bon, j’ai du matos pour Ă©crire, ouais ! ».




Et vous savez quoi ? Bien sĂ»r que vous savez, vous avez remarquĂ©, vous n’ĂȘtes pas idiots. Je n’ai pas postĂ©. une. seule. ligne.

J’ai Ă©tĂ© aux abonnĂ©s absents, en enfouissant ma tĂȘte dans le sable comme une autruche, en me cherchant des excuses. Certainement de la flemmardise et puis j’avais perdu confiance en moi.

Vous Ă©tiez peut-ĂȘtre en train d’attendre que je m’y remette, ou non ; espĂ©riez que je continue Ă  vous partager ma vie, vous mettant au courant de mes chouettes pĂ©ripĂ©ties, mes super voyages, vous faire rĂȘver, Ă©vader de votre quotidien et faire penser Ă  autre chose.

Mais je n’ai juste rien fait. Parce que je ne croyais pas en moi.

Laissez-moi cependant une chance de partager avec vous ce qui s’est rĂ©ellement passĂ© depuis que je suis revenue du pays oĂč j’avais la tĂȘte en bas.

Je suis arrivĂ©e Ă  Paris le 1er septembre. Date symbolique du dĂ©but d’annĂ©e, scolaire (oui, toujours butĂ©e lĂ  dessus) et de bien d’autres rythmes aussi. Stupide calendrier.
Mais cela faisait surtout un an, jour pour jour, que j’avais quittĂ© ma vie pour m’en aller Ă  16810 kilomĂštres de mon chez-moi et commencer quelque chose de neuf, en Australie.

J’ai donc atterri ici : mĂȘme pays, mĂȘme ville, mĂȘme atmosphĂšre que j’aime, mĂȘmes magasins, ou presque, et plus ou moins les mĂȘmes personnes m’entourant
 -mais dĂ©finitivement pas la mĂȘme vie- et pour cause : elle n’avait rien Ă  voir avec celle que j’ai eu l’opportunitĂ© de me crĂ©er la fois derniĂšre oĂč j’y Ă©tais.

En fait, tout Ă©tait diffĂ©rent. Bien sĂ»r, je pouvais trouver des similaritĂ©s et m’y retrouver car cela Ă©tait familier ; je vivais dans le mĂȘme appartement, qui est, ma foi, plutĂŽt pas mal
 mais je n’étais plus Ă©tudiante, j’avais maintenant Ă  m’occuper de mon budget, avais de nouveaux groupes d’amis, plein de nouvelles histoires Ă  raconter, mes colocs avaient aussi changĂ© et, moi, j’ai changĂ©.
J’étais maintenant adulte, et comme j’ai dĂ» me dĂ©brouiller par moi-mĂȘme et avoir ma vie Ă  Melbourne, j’ai dĂ©cidĂ© de me prendre en main ici Ă©galement pour ĂȘtre capable de vivre ma vie et en quelque sorte la contrĂŽler, ce qui en somme voulait dire « gagner de l’argent ».

Facile : j’ai posĂ© le pied Ă  Paris le 1er, ai eu un entretien le 2, ai commencĂ© Ă  travailler le 3.

Oui. C’est du rapide, je sais.
Pour ĂȘtre tout Ă  fait honnĂȘte avec vous, je n’ai mĂȘme pas encore dĂ©ballĂ© tous mes cartons (mĂȘme s’il y a une autre raison Ă  ça, que je vous partagerai plus tard, certainement dans un autre article
), mais au moins, c’était une bonne chose de faite et je n’avais dĂ©jĂ  plus Ă  me soucier de la rentrĂ©e d’argent !
Je suis revenue dans mon ancien appartement que j’ai rĂ©ussi Ă  garder tout ce temps et ai fait ce que maintes personnes bataillent (« galĂšrent ») Ă  faire, parfois pendant des mois et des mois, sans succĂšs : trouver un boulot.

Pour moi, ce n’était pas un exploit et mĂȘme si autour de moi j’entendais « c’est gĂ©nial ! bravo ; maintenant que t’as trouvĂ©, t’es lancĂ©e ; t’as trop de chance !! » j’ai dĂ©missionnĂ© au bout d’un mois.

À la mĂȘme pĂ©riode, mon frĂšre venait d’avoir un accident de la route et j’ai dĂ©cidĂ© d’aller lui faire la surprise de mon retour au centre hospitalier oĂč il Ă©tait (pour sĂ»r quelque chose que j’aurai adorĂ© organiser dans d’autres circonstances), ma famille me manquait un peu Ă©galement -en fait, grave- et ai donc pris la dĂ©cision de passer quelques semaines avec eux dans notre maison de campagne, puis, l’homme que j’avais laissĂ© en Australie avant de partir a dĂ©cidĂ© Ă  la mĂȘme pĂ©riode de venir apparaĂźtre comme par magie devant la Tour Eiffel un bel aprĂšs-midi ensoleillĂ© !

J’ai donc, tout simplement dĂ©cidĂ©, pour moi, qu’il Ă©tait en fait temps de justement prendre le temps, me reposer et apprĂ©cier le fait d’ĂȘtre de retour en Europe, me la dĂ©tendre, prendre les bonnes dĂ©cisions pour moi et qu’un travail n’était pas nĂ©cessairement ce dont j’avais besoin en ce moment, mĂȘme si j’avais besoin/voulais avoir une source de revenus.

Les gens (famille/amis/figurants) me demandaient ce que je faisais de ma vie. –comme s’ils en Ă©taient vraiment intĂ©ressĂ©s (certainement bien plus pour comparer la leur Ă  la mienne)-
Et j’ai tout simplement rĂ©pondu que je profitais de ma vie, ici et lĂ , profitant de mon retour. « T’as pas de boulot ? » ils demandaient. « Non » je rĂ©pondais.

J’ai donc passĂ© deux bonnes semaines Ă  me la couler douce et voyager avec mon copain, puis quelques jours en famille, et ai fini par rĂ©ellement apprĂ©cier mon temps libre Ă  faire a-bso-lu-ment rien.

Et vous savez quoi ? il n’y a rien de mal à ça :)

Je l’avais dĂ©cidĂ©.

J’ai adorĂ©.

C’était ma vie. Et c’était TROP BIEN.

Octobre était passé, novembre est arrivé.

Et mĂȘme si je le faisais bien, ce que je faisais (rien.) m’ennuyait, donc j’ai dĂ©cidĂ© de me trouver un boulot qui m’occuperait un peu (oui, c’était la seule raison !).

Je savais au fond de moi que je trouverai un travail un jour, et serai satisfaite
 mais Ă  ce moment de ma vie, ce n’était pas mon but, et ce n’était surtout pas ça qui me rendrait heureuse.

J’ai pris mon tĂ©lĂ©phone et contactĂ© une agence avec laquelle j’avais l’habitude de collaborer avant de partir et ils Ă©taient plus qu’heureux d’Ă  nouveau pouvoir me compter parmi eux !

J’ai dĂ» passer quatre longues semaines Ă  me casser le c** Ă  travailler pour eux jusqu’au jour oĂč j’ai reçu un appel pour une offre d’emploi Ă  laquelle je ne m’attendais absolument pas. *roulement de tambours !*

C’est arrivĂ© un lundi soir. Jeudi j’avais l’entretien. J’ai signĂ© mon contrat et ai commencĂ© Ă  travailler pour eux le lundi qui a suivi. Fastoche.

Je ne m’y attendais pas, mais au fond de moi, je le voulais. Je voulais cette vie. Et je savais que je l’aurai.

Je voulais ĂȘtre de retour ici, faire quelque chose que j’aime et oĂč je me sente utile, et surtout profiter de ma vie, quoi qu’il en soit. Je voulais trouver un travail oĂč je me sente bien jour aprĂšs jour, me faire un peu d’argent et profiter de chaque instant passĂ© dans ma ville.

Maintenant je suis bien installĂ©e, vie une super vie, de retour Ă  Paris, et c’est le pied.

Et tout ce que je vous raconte, c’est pour vous montrer que vous pouvez dire vouloir quelque chose, le souhaiter vraiment fort, avoir des buts, vous persuader que vous y arriverez etc. et ne pas le faire immĂ©diatement ne veut pas dire que vous baissez les bras et ne l’aurez jamais.

Donnez du temps au temps. Donnez-vous du temps.

Et si vous voulez rĂ©ellement quelque chose, peut-ĂȘtre que ce n’est pas le ‘bon’ moment pour vous de l’avoir, mais souhaitez-le suffisamment fort et vous l’aurez.

Vous voulez ĂȘtre heureux ? Soyez-le. / Vivre une vie simple sans stresser chaque jour ? Vivez-la. / Quitter votre occupation et partir Ă  la dĂ©couverte d’un autre pays ? Prennez un billet. / Trouver le job de vos rĂȘves et aimer aller travailler ? Possible. / Recommencer Ă  Ă©crire parce que c’est clairement votre truc ? Écrivez et partagez-le quand vous le sentez. / Être occupĂ© sept jours sur sept et gagner beaucoup afin de crĂ©er votre petite famille, mais pas forcĂ©ment de suite ? Attendez un peu
 il n’y a que les imbĂ©ciles qui vous jugeront.

Cette histoire, mon histoire (et simplement qu’une infime partie), juste pour vous montrer que VOUS dĂ©cidez ce que vous voulez. VOUS ĂȘtes la personne qui vous donnez des objectifs et qui peut vous les faire atteindre. VOUS avez le contrĂŽle de ce que vous souhaitez et ĂȘtes capable de faire. VOUS dĂ©cidez, pour VOUS.

MĂȘme si les objectifs sont loin, mĂȘme si le chemin semble compliquĂ©, mĂȘme si vous ne vous en sentez pas de le faire maintenant
 prenez votre temps, restez concentrĂ©s, respirez et n’oubliez pas vos pensĂ©es, vos rĂȘves, vos buts, votre petite voix interne, vos sentiments, et surtout et avant tout : ne vous oubliez pas.

Vos décisions vous appartiennent.

Et, rappelez-vous
 quand on veut, on peut.

Publicités

4 commentaires sur « ‘Where there’s a will, there’s a way’. »

  1. C’est drĂŽle, en Australie tu Ă©crivais en français, sĂ»rement car la langue te manquait et que tu voulais donner des nouvelles Ă  tes proches (loin de toi). Maintenant tu Ă©cris en anglais, certainement pour les mĂȘmes raisons :)

    J'aime

RĂ©pondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icÎne pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez Ă  l'aide de votre compte WordPress.com. DĂ©connexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez Ă  l'aide de votre compte Google. DĂ©connexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez Ă  l'aide de votre compte Twitter. DĂ©connexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez Ă  l'aide de votre compte Facebook. DĂ©connexion /  Changer )

Connexion Ă  %s