Because onions are forever. đŸŽŹ

Tu te souviens de ce moment dans ta vie, oĂč tu vis l’instant T, mais ce n’est pas du tout ce Ă  quoi tu aspirais et souhaitais. Il s’appelle « prĂ©sent », mais pour quoi, ça ne t’a jamais traversĂ© l’esprit qu’il soit un cadeau…

Je l’ai dĂ©testĂ©, vraiment. De tout mon cƓur. Mais quand je me le remĂ©more, je n’ai pas de meilleur souvenir de joie intense que ce moment.
Bon… j’en fais peut-ĂȘtre un peu trop, mais quand mĂȘme.

You know that moment in your life, you’re living the moment, but it’s not at all what you were wishing for. It’s called « present », but for you, it had never crossed
your mind being a gift at all…

I hated it. Truly I hated it. But when I remember it, I have no better memories of me beeing happy than this moment. Well… a bit overdoing it, but still.

De quoi je parle ?
De mes jours de fermes, et spécialement ce moment dont je me vante tellement :
le lavage d’oignons !

What am I talking about ?
My days of farmwork, and especially those moments I boast about :
onions washing !

C’Ă©tait rude, c’Ă©tait naze, c’Ă©tait long, parfois Ă©nervant et crevant. Mais… Mais je retourne la mĂ©daille et la partie qui Ă©tait collĂ©e Ă  ma poitrine brille. Je viens de la retrouver au fond de ma poche et regarde avec insistance toutes ses petites inscriptions. Je vois des joies, je vois des sourires, des moments de franche camaraderie, de rigolades insoupçonnĂ©es, de levĂ©s de soleil incalculables et grandioses… Et je me rappelle surtout de mon sourire et constante bonne humeur. Cette partie brillante, c’Ă©tait aussi celle qui touchait mon cƓur et s’y frottait jour aprĂšs jour, pour y laisser une trace que je sens visible maintenant.

Des souvenirs mis bout Ă  bout, un ‘reportage’ totalement improvisĂ© pour lequel j’ai passĂ© des heures entiĂšres vissĂ©e sur une chaise Ă  assembler toutes les parties sans en connaĂźtre le rĂ©sultat final et dont je ne me lasse pas maintenant.
Oui, ça me manque. Tellement.

It was rough, it was rooted, it was long, sometimes annoying and bursting. But… But, on the flipped side of this medal (as we say in
France) -the other side of the coin- I see that the side turned to my chest shines.
I just found it in my pocket and stare at all of its small inscriptions.
I see joys, I see smiles, moments of genuine camaraderie, unsuspected laughs, uncountable and wonderful sunrises… And I
especially remember my smile and constant good mood. This shiny side was also the one that was gliding over my
heart, touching it day after day, to leave a trace that I can see and feel now.

Memories all put together, a totally improvised ‘reportage’ for which I spent whole hours screwed on a chair to assemble all the parts without knowing
the final result and which I do not get tired of now.

Yes, I do miss it. A lot.

Je vous laisse apprĂ©cier le rĂ©sultat et voir ce qu’en fait j’ai fait pendant plus de deux mois complets. Maintenant on peut dire que ce job est fait pour moi vu le talent et compĂ©tences acquises.
Pour la petite anecdote, avec Katie (the Frank Fruit Picker ! que vous pouvez retrouver sur son blog), on Ă©tait arrivĂ©es le mĂȘme jour, et jusqu’Ă  mon dĂ©part nous avons Ă©tĂ© les deux travailleuses restĂ©es le plus longtemps Ă  ce poste ! Comme quoi… Super travail, et belle amitiĂ© Ă  la clĂ©.
(Regardez-donc aussi cette vidĂ©o, d’un ancien post, et allez Ă  1:52 puis Ă  partir de 2:14…)
Les oignons, c’est pour la vie je vous dit…

I let you admire the result and see what I actually did during more than two whole months. Now I can definitely say that I was born for it seeing the talent and skills I got.
As a point of interest, with Katie (the Frank Fruit Picker ! you can find on her blog), we started the same day, and until I left we have been the two most long-time workiers in that position ! Who’d have thought… great work, and fantastic friendship on top.
(Have a look on the video I made for a previous post, and go at 1:52 and then from 2:14…)
Told you, onions are forever…

♡

 

« Dans cette vidĂ©o elle parle de quoi en vrai ? »
-pour les non anglophones, si les images ne suffisent pas, suivez les traductions ici ;) –

PremiĂšres secondes – Affiche sur le mur : Fais ce que tu aimes tous les jours.
Elle dit « non« .

Ensuite on passe à la présentation de tout le nécessaire :
Alors qu’est-ce qu’on a ici ?
– Les meilleurs ciseaux… la meilleure laveuse d’oignons.
Mon petit pot rose spĂ©cial, que j’utilise chaque jour.
Maya est sympa elle le remplit d’eau chaude pour moi.
Deux Ă©viers (trĂšs important).
Des centaines de milliers d’Ă©lastiques.
– Des gants ?
– Ceux-ci pour que je puisse bien tenir l’oignon sans qu’il glisse. Et ceux-lĂ  parce qu’il fait vraiment -VRAIMENT- froid.
Il est Ă  peu prĂšs 6h du mat et il fait 5 degrĂ©s… Au mieux… J’peux pas… J’peux pas le faire.

On a Ă  peu prĂšs 10 boĂźtes d’oignons posĂ©es lĂ … qui nous attendent.
– Tu passes vraiment bien Ă  la camĂ©ra !
– Merci ! … Le ‘style oignons’

– Les boĂźtes arrivent par ici. Ils sont tous dĂ©gueux et plein de boue (et tout ça n’aide pas). 
Les oignons ont prennent une petite douche qui les lave lĂ©gĂšrement. Ils viennent sur ce tapis. Et on les empile sur nos tables, puis on les lave dans nos Ă©viers… qui seront remplis d’eau, ce qui aide pour laver en rĂšgle gĂ©nĂ©rale.
On en fait des bottes, on les pose lĂ … et puis aprĂšs, sĂ©rieusement, si c’est un bon jour, plus on fait de boĂźtes, plus on se fait de l’argent !

Petit cours d’oignons !

Et voilĂ  :))

Publicités

RĂ©pondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icÎne pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez Ă  l'aide de votre compte WordPress.com. DĂ©connexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez Ă  l'aide de votre compte Google. DĂ©connexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez Ă  l'aide de votre compte Twitter. DĂ©connexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez Ă  l'aide de votre compte Facebook. DĂ©connexion /  Changer )

Connexion Ă  %s