Ces fameux jours de ferme… épisode 1 !

Je les ai bel et bien commencés… ! Sans mentir !

…et avant que vous me disiez tous :
« oh ben ça va, c’est chouette, y’a pire comme cadre ! », ouais, c’est sûr, il y a pire, mais il y a aussi mieux…
Je vous explique.

Déjà, c’est vrai que la plupart d’entre vous qui lisez ceci maintenant découvrez un peu ma vie. Vous en aviez bien évidemment eu un aperçu en lisant l’article dernier mais après tout, ‘elle est en train de faire quoi au juste ?’.

Un copain m’a écrit l’autre jour « moi j’aimerais que tu penses un peu à ton futur, à ta carrière, au lieu de batifoler avec les pommes ! ».

Et bien mon coco, ça n’a pas l’air comme ça, mais là, j’assure mon avenir justement !

Donc oui, je ramasse des pommes.
Et non, je ne suis pas payée en pommes.

Je suis partie il y a maintenant quatre semaines de Melbourne pour me diriger vers Shepparton, une bourgade, ma foi, fort non divertissante de l’outback australien, capitale de la pomme et des vaches. Un plat pays qui a un certain charme, quand même, mais il faut se lever très tôt pour l’observer.
C’est dans le non des moindres, caravan park de Mooroopna que j’ai élu domicile dans une boîte de vingt mètres carré avec trois charmants jeunes hommes que j’ai nommés : Matthias, Maikel et Josh.CampingFunMoments

Matthias ?
C’est le type dont je vous ai filé le blog la dernière fois, le piqueur le plus rapide du sud australien ! Mon champion, surnommé ‘The Beast’ par les colocs. Sans lui je n’aurais pas commencé cette aventure. C’était dur de me décider, et un coup de fil avec lui m’a fait me dire « allez, go, fonce, plus vite c’est commencé, plus vite ce sera terminé ». Il m’a motivée comme jamais, et maintenant je reste tirer ses dernières semaines avec lui en guise de soutien. Il en vaut la peine et on est comme les deux doigts de la main dorénavant (bon, un pouce et un annulaire, un droit, un gauche, mais quand même).

Maikel ?
C’est son coloc magique, une perle de ce que j’ai pu observer à mon arrivée. Un hollandais avec que du positif lui coulant dans les veines ! Il a maintenant terminé ses jours pour obtenir son second visa ici en faisant les trois mois complets, et ce fou, qu’est-ce qu’il fait ensuite ? il continue ! mais ailleurs ! Du jamais vu une témérité pareille.
Il a instauré la règle du ‘jeudi-poulet-poker’. Tradition que l’on perpétue encore aujourd’hui. Peeeeerrrfeect !

Josh ?
Il nous a rejoint quelques jours après mon arrivée. Oubliez vos acquis sur la langue française, avec Matthias on est plus que certains que le mot ‘tocard’ a été inventé pour lui en 1997. Un skateur blond British pieds nus complètement hors du temps. À défaut de pouvoir continuer de fumer en Angleterre il a décidé de venir boire en Australie, le chemin est long, et il en a encore beaucoup à parcourir vu son état (penser venir ici pour se faire de l’argent, il me fait rire). Mais cela dit, c’est un mec attachant et je l’aime énormément ! Beaucoup de délires déjà partagés, et qui sait, à venir.
Update. Il s’est cassé deux côtes en tombant d’une plateforme tractée lors de son picking… mon bébé est tout abimé maintenant

La vie au camping ? ça se passe ! et pas mal de moments conviviaux font de cet endroit un super lieu de rencontres.
Mais comment vous dire que j’ai hâte que la semaine prochaine arrive, et que je repose mes pieds à nouveau à Melbourne, terre sainte à mes yeux…

tic tac tic tac.

Je suis arrivée un dimanche soir à la gare et Matthias est venu me récupérer ! yoohoo !

J’étais super excitée à l’idée de venir ici, mais quelques complications plus tard et un temps pourri au possible m’ont rappelée à l’ordre : ‘tu fais quoi là ?’

Pas évident à comprendre pour certains d’entre vous, mais la raison est simple : j’ai envie de pouvoir revenir ! OrchardLife3Donc je respire un coup, oublie la boue dehors, la poussière dedans et mes toiles d’araignée dans la tête et pense à mon réveil du lendemain matin six heures du mat pour aller cueillir des Granny Smith… (un peu le rêve australien que tout le monde s’imagine non ?).

OrchardLife5

Au petit matin, et comme pour plusieurs jours qui ont suivi, on n’a pas pu se rendre à la ferme car à cause de la météo le tout était impraticable.

Connexion internet chopée au café du coin ou à la library, on continue les recherches sur les fermes à venir et on tue le reste du temps comme on peut : dessin, lecture, courses, papotages, cuisine, dodo… Ça c’est une journée type quand on ne peut rien faire de potable en extérieur. Et puis ce temps (hors taff) me permet aussi de perfectionner ma recette de compote. Habitude culinaire qui n’existe pas ici et donc dure à expliquer, mais qu’est-ce que c’est bon…
Arrive le moment où on accueille le nouveau « coloc ». On aurait pu dire ‘flatmate’, mais vu l’endroit où on loge on peut pas dire que ‘flat’ soit ce que l’on partage réellement. Plutôt juste de l’air. Airmate, c’est bien.

Quand on peut travailler, et ce qu’on fait en règle générale six jours par semaine, c’est plusieurs jobs qui peuvent nous être attribués par notre employeur qui nous dispatche, appelé ‘contractor’ . C’est lui qui décide en début de semaine ce que l’on fera, et pour combien de temps. C’est pourquoi on peut faire différents postes : picking (cueillir), pruning (élaguer), mais aussi d’autres comme checking des bins (regarder dans toutes les bins ramassées si certaines sont ‘bruisées’ -ont reçu des coups-) et un autre super job qui consiste de passer dans les rangées et dès que l’on voit un groupe de pommes toutes agglutinées (disons plus de quatre) il faut en enlever une pour alléger la grappe et les laisser mieux pousser, plus enlever le trop de feuilles pour que le soleil les atteigne.
J’en vois déjà qui s’interrogent : oui, j’étais payée pour ça.

OrchardLife2bCertains sont donc payés à l’heure (toujours travail d’esclave et même pas le salaire moyen), et d’autres au rendement, comme le ramassage, où la bin/boîte d’une contenance d’environ trois mille pommes (selon nos estimations, vingt-cinq sacs de cent vingt pommes chacun) coûte trente-quatre dollars -avant taxes, sinon c’est pas drôle-.
Elle me prend environ trois heures à remplir par moi-même dans mes jours de détente extrême et mon record a été un jour de deux heures cinq ! Pull up !

OrchardLifeDu coup, une journée standard qui commence à sept heures et termine…quand l’on veut, mais pas après quinze heures trente pour la cueillette ; permet d’avoir beaucoup de temps pour réfléchir aux choses de la vie.
Beaucoup de temps, énormément de temps.
Trop de temps.

Ce qui est marrant avec l’apple picking (non pas comme si c’était l’activité la plus hilarante au monde) c’est que notre vision des choses change.
On voit autrement ce qui nous entoure et on se transforme un petit peu… On devient moins regardant et plus cool… Ouais.

Déjà, les unités de mesures sont transformées.
‘Tu as mis combien de temps pour faire ça ? oh, je dirais trois bags’.
‘J’aimerai m’acheter de nouveaux écouteurs… allez, une bin !’

M’enfin plus cool… faut quand même satisfaire les fermiers et ne pas ramasser de pommes abîmées, et pas comme ci, et pas comme ça… parfois même on ne ramasse qu’une certaine taille spécifique ou une gamme de couleur particulière, comme pour les Pink Ladies (ou Ruby Pink’s).

Sinon, oui, c’est un travail relax… on va à son rythme et on prend ses pauses quand on veut, sans compter que l’on travaille autant que l’on veut ! Plus, on rencontre des gens géniaux, au camping et à la ferme, de toutes origines confondues, et ça fait de sacrés mélanges.

Dès que j’aurai quitté cet endroit il me faudra en trouver un autre pour continuer cette fantastique épopée… dans le Queensland j’espère (envoyez les contacts !!), histoire de grailler quelques degrés et un peu plus de soleil. Et oui, on a tapé dans les 0,3°C de ressentis l’autre matin. Mais comme on est en Australie, c’est pas dérangeant, et on a pas le droit de se plaindre, hein ?

OrchardLife4

Bref, maintenant, je suis incollable en pommes et ‘Maya élagage’, à votre service !

xxx

Vous voulez la suite ? ;)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s